Depuis que nous avons nos billets en poche et une date de départ je passe pas mal de temps à regarder des blogs de voyageurs.

Fermement décidé à ne pas faire comme les autres, je prends conscience que démarrer un blog de voyage d’une façon différente n’est pas chose aisée et je me demande pourquoi ?

S’il existe des tas de façon de voyager, le Voyage lui est le même. C’est le fait de quitter un endroit, pour aller vers un autre. Se transporter d’un point A vers un point B.

Voyager c’est vivre une histoire, et l’écrire c’est raconter une histoire ; et les histoires, bien que toues différentes, commencent toutes par il était une fois.

Il était donc une fois une femme et un homme qui avait envie de faire autre chose, de vivre autrement. Pourquoi ? Aucune idée. Comment ? Aucune idée. Où ? Ha ben là, une idée précise : L’Amérique du sud.

En fait j’ai ma petite idée sur le pourquoi du comment du qui du quand.

En 2009. Ne partons pas de trop loin et commençons par 2009. Morgane regarde Pékin Express (elle à quelques défauts et celui là n’est pas le pire) pendant que je regarde…je ne sais plus quoi, mais je regarde autre chose, ailleurs dans l’appartement.

Elle me demande de venir voir un truc et quand j’arrive dans le salon, je vois sur le grand écran plat (on ne parle plus de télévision mais d’écran) un endroit hallucinant. C’est vaste, c’est blanc, c’est immense, c’est grand et je n’ai aucune idée de ce que c’est ni où cela se trouve. Morgane m’explique donc qu’il s’agit du salar d’Uyuni qui se trouve en Bolivie.

Je vautre mon corps sur le canapé et il plonge tout entier dans ce grand désert blanc. trop tard Oscar, nous voilà parti !.

Après c’est flou…wikipédia, Uyuni, désert de sel, Chili, billet d’avion, trois semaines, sacs à dos…et nous voilà quelques semaines plus tard le cul posé dans un toyota roulant en plein milieu de cette plaine immensément blanche.

Pour ma part je découvre le pouvoir de l’action/réaction/conclusion.

trois semaines plus tard et quelques milliers de kilomètres plus loin me voilà de nouveau le cul sur mon canapé toujours en cuir et définitivement Ikéa. Si lui n’a pas changé, moi, je ne suis plus le même. Cette histoire doit avoir une suite.

Et la suite, elle arrive après trois années d’une vie passionnante que je me propose de continuer à vous raconter ici.

Si cette histoire vous intéresse vous pouvez vous brancher sur la page facebook de ce blog  ou vous inscrire à la newsletter.
À bientôt,

Josélito

Mojo

A propos de 

Morgane et Joselito Tirados ont voyagé durant une année en Amérique du sud à la rencontre de ceux qui font ce pays. Ce fût l'occasion pour eux d'envisager une installation sur place (certainement au Chili) et de développer un business autour de la cosmétique et des produits de bien être pour elle et proposer ces compétences en matière de stratégie d'entreprise pour lui.

    Find more about me on:
  • facebook
  • googleplus
  • linkedin
  • twitter