Hormis en first, un vol long courrier est forcément une torture.

Un Madrid – Sao Paulo c’est juste douze heures assis dans un siège qui s’allonge à peine avec en musique de fond le bruit permanent (et c’est tant mieux) des réacteurs, et des passagers qui pour tuer le temps le passent aux toilettes ! (Ca fait une tite ballade hein !).

Douze heures c’est assez de temps pour faire le tour des vidéos proposées en vol. L’avantage est que chacun dispose de son écran et regarde le film qu’il souhaite. C’est bien.

Si on ajoute à ce vol déjà assez long un deuxième vol de quatre heures, avec un temps de transit de quelques heures…on arrive à se faire un petit voyage de 20 heures assez crevant en fait.

Par contre, qu’il soit long ou court il faut, à la fin, passer par le tapis roulant noir pour récupérer ses bagages.

Morgane c’est sa hantise. Que ses bagages soient perdus ou volés.

Or là, après une bonne vingtaine d’heures de voyage, avec une étape à Sao Paulo, ce qui signifie que les bagages ont été sortis de l’avion et remis dans un autre avion ce qui multiplie les risques de pertes, se retrouver devant ce serpent noir à attendre fébrilement (j’allais écrire fiévreusement mais c’est pour un autre billet) son bagage, sonnait comme une torture ultime pour Morgane (et aussi pour Josélito qui lui crevait d’envie de se taper une bière ou un Pisco).

Et puis soudain, une première valise d’un beau rouge carmin se présente sur le tapis…aucun doute, c’est celle de Josélito. Allez hop sur le chariot ! La fin du supplice est proche et la belle valise vert pomme Benetton de Morgane va suivre. A Venise, elle voulait prendre une valise jaune pétant et finalement son choix (ou non choix) s’est porté sur vert pomme. Voilà une valise plutôt atypique qui ne passe pas inaperçue dans un aéroport.

D’ailleurs la voici qui arrive quelque instant plus tard. Sauf que tout bascule ! Un type s’empare de la valise. Morgane demande à Josélito d’agir (on se demande pourquoi). Il se rapproche du bonhomme en question sauf qu’il ne reconnaît pas la valise de Morgane qui dispose d’un joli cadenas rose. Morgane de loin s’agite, fait des signes. Josélito la connaît bien, il l’invite à aller vérifier par elle même. Effectivement après double vérification, ce n’est pas la valise vert pomme de Morgane.

Voilà nos deux compères en attente devant le tapis qui au fil des minutes se dégarnit. Quand soudain apparaît une autre valise vert pomme Benetton !

Deux valises identiques sur un vol Madrid – Santiago avec escale Sao Paulo. Pas facile de faire dans l’originalité de nos jours. Josélito s’empare de cette foutue valise, convaincu que son apéritif se rapproche, enfin.

Et bien non…mauvaise pioche. Cette fois c’est la valise d’une nana suisse. Et celle-ci fait 1 tour, 2 tours, 3 tours sur le tapis …. et toujours pas la valise attendue en vue.

Conclusion : Echange de valises à l’aéroport. Green mic mac. Direction bureau des réclamations et remplissage d’un formulaire.

Rien de grave au final, tout va forcément rentrer dans l’ordre. Morgane fond en larmes, Josélito négocie un taxi et les voilà en route pour l’adresse d’arrivée dans Santiago, une valise en moins.

Ils passeront le reste de la journée à courir dans tous les sens pour essayer en vain de contacter la nana suisse et essayer de faire l’échange au plus vite.

Je vous passe les détails mais au bout d’un temps, Josélito a proposé de ne plus rien faire et d’aller manger et de laisser les choses se faire toutes seules.

Vers 20h00 ils sont rentrés chez leur logeuse, épuisés, tristes de cette arrivée chiffon. Une jolie valise vert pomme Benetton les attendait tranquillement dans l’entrée de la maison (Merci la TAM pour votre réactivité).

Moralité de cette histoire :

Rendez votre valise unique et limite intouchable : ajoutez à la bombe ou avec un gros scotch épais un message « fuck the world » ou « je hais les pauvres ». Un truc qui donne envie de ne pas se ballader avec cette valise quoi.

En cas de pépins et si vous n’avez pas beaucoup d’heures de sommeil au compteur, picolez un truc fort et allez dormir. Si c’est la valise de votre femme avec tout ses vêtements et tout son maquillage et tout vos médicaments pour un an de voyage, picolez un truc fort plusieurs fois et allez dormir.

Ha oui, essayez d’être riche le plus vite possible dans la vie pour ne voyager qu’en first !

Enfin bref…je suis bien content de ne pas être là bas…toutes ces frayeurs depuis le départ…crevant !

Allez à bientôt pour la suite (ils n’ont pas encore acheté la voiture…je me marre !).