Les perles du voyage

Vingt litres d’eau par jour pour deux.

De quoi prendre une douche, boire et préparer à manger. Pour deux.

En France combien de litres d’eau par jour et par personne ? Quatre vingt litres ?

Le confort doit se situer entre les deux.

Il en va de même pour la nourriture. Morgane et Josélito continuent bizarrement à manger chaque jour même en voyage et bien qu’ils ne se privent de rien, ils mangent beaucoup moins.

Tout en réfléchissant à cela, ils sont allés ce matin chercher de l’eau chez une dame qu’ils avaient recontré quelques jours avant. Ha oui, il faut ici faire un petit crochet explicatif.

En arrivant sur l’ile de Chiloé, nos baroudeurs (humour) ont trouvé un petit coin sympa, chambre avec vue sur mer, télévision avec la chaine cablée Nat Géo en prime (la vie des dauphins ou toninas en Chilote est au programme en ce moment) douche privée et surtout une voisine sympatique du nom d’Anna qui, passant par la plage, leur proposa d’emblée de venir frapper à sa porte en cas de besoin.

C’est ce qu’ils firent ce matin afin de subvenir au besoin en eau de la journée. Les voilà en route avec leurs quatre bidons de cinq litres d’eau chacun vers la maison d’Anna.

Chez Anna, il n’y a pas d’internet mais c’est comme chez Lorette, c’est chouette. Vous arrivez pour demander un peu d’eau et vous voilà en train de boire un café tout en savourant le pain et les gâteaux d’Anna !

Anna vit avec son jeune fils Bruno, sa fille qui est assistante maternelle dans la ville voisine et son grand fils qui bosse plus loin dans une usine de conditionnement de saumons.

Elle élève des moutons, des poules, quelques vaches et avec ça elle fait bouillir la marmite. Et dans la marmite d’Anna ça sent bon. Parce qu’elle est comme ça…elle papote tout en préparant le repas pendant que le fiston en vacances regarde Toy Story.

Au début nos deux zazous sont un peu sur la réserve…sur le bord de la chaise et puis doucement ils s’installent. Josélito se lève et s’approche des gamelles, discute avec l’ainée, Morgane va offrir un peu d’affection à un lapin tenu en laisse (si si, pour ne pas qu’il bouffe les carottes). Et l’heure passe.

Finalement, ils sortent dans le jardin prendre l’eau du jour et les voilà invités pour le goûter.

Une heure comme ça, un dimanche, calme, une perle de voyage.