Avril en Amérique du sud : Le mois des rencontres

Si février et mars ont été des mois ou les rencontres furent rares, avril est lui le mois des rencontres en Amérique du sud.

Tout au long des 5000 kilomètres que nous avons parcouru entre l’Argentine et le Chili nous avons eu le plaisir de partager quelques heures ou quelques jours avec d’autres voyageurs.

Avril aura aussi été l’occasion de découvrir un peu plus Santiago grâce à Eduardo qui nous a ouvert la porte de sa maison durant une semaine.

Début avril alors que nous venions de quitter les lions de mer de la péninsule Valdés et les pingouins de Punta Tombo nous avons croisé la route des mistral83 au camping de San Carlos de Bariloche. Murielle, Michel et Matisse voyagent depuis plus de deux ans. C’est aussi là bas que nous avons croisé un jeune couple de français (Romain et sa douce) qui s’offrent un tour de 6 mois en Amérique du sud.

Finalement nous sommes restés deux jours durant lesquels nous avons pu savourer les délicieuses crêpes de Murielle, et profiter des conseils avisés de Michel.

Morgane ne remerciera jamais assez Murielle de lui avoir fait don d’une bouillotte.

C’est en reprenant la route vers le nord que nous avons croisé deux jours plus tard un jeune couple de retraité plus connu sous le nom de soifdebougeotte.

Il faisait un froid de canard sur la merveilleuse route 40 quand Francis et Isabelle nous ont ouvert leur camping-car pour partager durant quelques heures un excellent thé marocain et de précieux conseils.

Franchement le camping-car c’est bien cool pour voyager. C’est surement l’option que nous allons retenir pour l’Asie.

Nous avons ensuite taillé la route 40 (qui mérite sur sa partie nord le détour) pour arriver à Santiago.

Bouclage de boucle.

Nous sommes arrivés le 21 janvier à Santiago et nous y revenons le 17 avril.

Un bon moyen pour nous de faire un point d’étape après trois mois on the road.

Nous parcourons les rues de la ville et les centres commerciaux avec Morgane et nous confrontons nos a priori d’il y a trois mois avec la réalité du voyage.

Durant ces 5 jours c’est Eduardo Egana qui nous accueille chez lui. Nous avons établi le contact via le site couchsurfing et c’était notre première expérience. Et c’est une belle expérience que nous allons renouveler.

Cela nous a permis de découvrir le Santiago des chiliens. Nous avons passé une soirée tango dans le quartier bobo de Bellavista, nous avons fait les courses à la Véga, un marché couvert  dans le plus vieux quartier de Santiago. Bien entendu cette rencontre aura été l’occasion de prendre des informations pratique sur les opportunités de travail et de vie au Chili.

Nous avons pu durant cette période retrouver un peu de confort moderne pour cuisiner une bonne ratatouille que nous avons partage avec Eduardo, sa maman et deux vénézuéliens farfelus qui parcours l’Amérique du sud en 90 jours à la recherche d’un petit ver mangeur de chou.

Oui,oui. Nous avons partage l’appartement d’Eduardo avec Hugo et Carolina son épouse et assistante. Hugo est docteur en biologie au Vénézula. C’est une université chinoise qui finance (avec médiocrité) une étude sur un étrange asticot que l’on trouve en particulier dans le chou. Hugo et Carolina cavalent donc à travers toute l’Amérique du sud pour suivre cette bestiole et en savoir un peu plus sur elle. Ils devront d’ailleurs à terme se rendre en Afrique pour retrouver les origines de cette bébête. Bref on a croisé Indiana Jones et sa meuf !

Alors que nous laissions Santiago et Eduardo à son projet en sachant que nous allions nous revoir avant notre départ en France en novembre, c’est dans une station service que nous allions faire notre rencontre suivante.

C’était pour nous une première. En effet nous n’avions pas encore dormi dans une station service. Partager la vie des routiers sud américains ne faisait pas parti de notre plan initial mais pour remonter le nord Chili en direction d’Arica les stations services de la COPEC sont un moyen efficace.

Essence (of course), douches chaudes et propres, wifi et café si besoin. Tout à portée de main. C’est pas vraiment ce qu’il se fait de mieux en terme de paysage mais c’est super efficace.

C’est donc le 22 avril vers los Villos que nous rencontrons au petit matin la famille rivarapid.

Dans leur chouette camping car aussi roots que le Ford avant notre passage à Santiago, il y a Ghislain le papa surfeur, Virginie la maman blogueuse, Ema l’adolescente super calme et studieuse et Anouk. Anouk c’est une petite puce blonde qui fonctionne à la bonne humeur et à l’énergie atomique. Quand elle déboule dans le paysage, d’un coup d’un seul on a l’impression qu’il y a une colonie de vacances qui vient d’arriver. Elle est partout en même temps et offre des fleurs et des sourires à tour de bras.

Le seul moment où elle a affiché relâche, c’est tard le soir quand nous nous sommes rendus tous ensemble à l’observatoire de Combarbala. Le petit film de pub pour le Chili leader en matière d’astronome vers 23h00 a eu raison d’elle. C’est dans les bras câlins de sa grande soeur qu’elle a trouve le sommeil. Sommeil duquel elle tire une énergie formidable qu’elle aura plaisir à partager le lendemain dès le petit déjeuner.

Quittant Combarbala en trainant un peu les roues, nous avons fait une pause dans une autre station service. C’est là que nous sommes tombés sur l’incroyable Ruben et sa non moins incroyable vie. Ruben mérite un article à lui tout seul donc je n’en dirais pas plus pour l’heure.

Après toutes ces chouettes rencontres nous pensions retrouver notre style de vie voyageur solitaire de l’espace sud américain. D’ailleurs nous étions en route pour nous rendre au parc naturel Nevada de Tres Cruces. Peu de chance de croiser beaucoup de monde a plus de 3500 mètres d’altitude en cette fin avril.

Perdu ! Après deux jours de solitude, nous arrivons au petit matin frais à la « laguna Santa Rosa » à 3800 mètres au dessus du niveau de la mer. Le temps de faire connaissance avec un renard blond qui est le maitre des lieux, nous voici avec un Français qui bosse pour le petit futé. Une chose et donc certaine, le petit futé va partout pour vous offrir les meilleurs choses à voir et les bonnes adresses.

Alors que la soirée était déjà bien entamée et que nous allions nous mettre au lit pour une bonne soirée vidéo, un 4×4 rouge est venu se poser non loin du notre. A bord, un couple de Québéquois en ballade pour trois semaines est arrivé. Fin de la soirée vidéo et début d’une autre soirée fort sympathique en compagnie de Patrice et Céline, deux géologues du bout du monde.

Avril restera donc placé sous le signe du partage sur la route. De quoi nous donner envie de visiter d’autres continents, de nous poser un temps pour préparer d’autres voyages, de voyager autrement à travers les blogs de ces baroudeurs du monde quand nous serons plus immobiles.

Voilà mai qui se profile et pour beaucoup d’entre vous c’est le retour des beaux jours. Profitez en bien et à bientôt tout au long de la route pour vous faire part de nos envies à venir.

 

Mojo

A propos de 

Morgane et Joselito Tirados ont voyagé durant une année en Amérique du sud à la rencontre de ceux qui font ce pays. Ce fût l'occasion pour eux d'envisager une installation sur place (certainement au Chili) et de développer un business autour de la cosmétique et des produits de bien être pour elle et proposer ces compétences en matière de stratégie d'entreprise pour lui.

    Find more about me on:
  • facebook
  • googleplus
  • linkedin
  • twitter