Je suis de ceux qui vont au marché avec un appareil photo autour du cou au cas où.

Dans un cas comme ça il est difficile pour moi de concevoir un voyage au long court sans photographie.

Photographie et road trip

Le road trip est un voyage un peu particulier dans la mesure où vous êtes censés vous déplacer tout le temps.

En terme de photographie, c’est très différent d’un séjour sur un même lieu pour un temps donné.

Quand, avec Morgane, nous avons passé une dizaine de jours à Venise, j’ai eu le temps de prendre la « température » de l’endroit, de sentir l’ambiance, de repérer des coins, de faire un premier tri mental avant de sortir la première photo.

En mouvement permanent c’est déjà plus délicat.

A certains endroits, il faut prendre des décisions rapidement. Pas moyen de choisir entre aurore et crépuscule. Difficile aussi de choisir plusieurs points de vue et de tourner autour d’un sujet pendant plusieurs jours.

Qui plus est, si la photographie durant un voyage à toute sa place, elle n’a pas toute la place. Je suis en balade avec ma femme et non pas en reportage commandité par National Geographic (je dirais pas non si l’opportunité se présente…ha oui, j’ai pas le niveau c’est juste).

Le compromis est permanent entre le désir d’aborder à fond un sujet et le fait de devoir avancer et donc ressentir, parfois, une certaine frustration.

Morgane lors d'un road trip a barcelone en europe avec un nikon D2X

Préparez votre road trip photographique

Avec le recul, je me dis qu’un bon moyen de remédier un peu à ça, est de préparer minutieusement son errance photographique.

Sans chercher à dévoiler la mariée, faites un peu le tour des sites principaux que vous allez rencontrer durant votre promenade routière.

Chili ? Torres del Paine, Santiago, Atacama et la vallée de la lune…repérez avec google maps les sites remarquables et faites vous une première idée de l’endroit où vous placer.

Si vous allez au Pérou et que vous comptez visiter le Machu Picchu, vous n’aurez pas la possibilité de passer plusieurs jours sur le site donc prévoyez les différents cas de figures. Grosse journée de soleil ou temps couvert. Vu d’en haut ou vu d’en bas…Essayez d’envisager un angle de vue original.

Quel type de photographe road tripper êtes vous ?

Il existe deux écoles et j’ai eu le plaisir d’étudier dans les deux.

1. L’école des fous.

On vous demande de choisir entre votre conjoint et votre fourre tout photo et vous votez pour le fourre tout ?

Bienvenue à l’école des fous. Vous partez avec 20 kilos de matériel, avez prévu des doublons au cas où et êtes totalement prêt pour couvrir tous les besoins (portraits, paysages, macro, animaux, étoiles, architecture, nu…)

Pour traverser un village de 50 habitants, il vous faut deux heures car vous shootez tout sans exception.

Vous disposez de 5 disques durs de 4 Tera octets et avez prévu des disques de secours.

Votre partenaire de voyage devient votre assistant(te) et passe le plus clair de son temps à vous attendre, à vous suivre, à vous supporter.

2. L’école des voyageurs.

Vous bougez léger.

Un reflex et un compact avec des objectifs zoom pour parer à plusieurs cas de figures. Vous acceptez l’idée de ne pas pouvoir tout mettre en boite et votre résistance à la frustration est grande.

Si vous pouvez passer deux ou trois jours au même endroit, vous prenez le temps de découvrir le lieu pendant deux jours et consacrez un temps pour réaliser vos images.

Vous triez vos images au fur et à mesure, histoire de rentrer avec un petit nombre de photographies de voyage de qualité.

Il y a même des endroits où vous avez oublié de sortir votre appareil photo et c’est votre copilote qui a fait le job.

Vous utilisez votre smartphone pour shooter le quotidien de votre voyage sans vous dire tout bas que cette image ne fera jamais l’objet d’un 4×3 dans les rues de Paris.

joselito lors de notre premier séjour à Santiago au Chili avec un Leica M2

Le matériel photographique en road trip

Pour ma part, et étant de la deuxième école, je suis parti avec le matériel suivant (je devrais dire nous même car si j’ai le rôle de photographe numéro un, Morgane est aussi photographe).

1 Leica M8 et son 28 mm ASPH.

Fiable, léger, discret et pas trop fragile.

Une tendance à prendre la poussière, ce qui est d’autant plus gênant qu’il n’est pas facile de nettoyer le capteur du Leica.

Notez qu’il n’y a pas beaucoup de Leica Store en Amérique du sud. Difficile de trouver des objectifs à tous les coins de rue, pas plus qu’un réparateur compétent sur cette marque.

Son look de vieux machin tout pourri limite les risques de vol et sa légèreté fait que vous n’aurez pas d’excuse pour le laisser dans la voiture à tout bout de champ.

C’est un matos exigeant mais quand la lumière est là, ça déchire tout.

2. Un Canon 650 D avec son zoom standard 18-135.

Bon, ceux qui me connaissent savent que je suis plutôt Nikon et que les objectifs standards, c’est pas mon truc.

Dans le cas présent, c’est un achat réalisé juste avant de partir avec vocation de produire surtout des vidéos.

Un excellent complément du Leica aussi bien pour les vidéos que pour certaines photos (animaux en particulier).

J’ai décidé durant le voyage d’échanger un 50 mm Leica contre un zoom (y’a des choix difficile à faire parfois) pour la photographie animalière.

C’est une bonne machine dotée d’un excellent capteur. Ce canon n’est pas trop lourd, ni trop voyant.

3. Smartphone et Go pro

Nous avions prévu des vidéos un peu fofolles (sous l’eau, de l’extérieur de la voiture).

Ayant reçu la Go Pro à la dernière minute (et comme c’était un tout nouveau modèle), nous sommes tombés sur une Go Pro avec une batterie HS et sans l’envie de dépenser des sous sur place pour acheter une seconde batterie.

Pour autant, la Go Pro fait bien le job et c’est un appareil petit et léger.

Nous avions aussi nos smartphones (Iphone 4 et 4S).

Belle surprise tant en photo qu’en vidéo. Idéal en bloc note du quotidien.

D’autant plus que la fonction GPS des smartphones permet de taguer ses images et de se souvenir de certains endroits (dans le désert par exemple).

Les conseils pour vos photographies en road trip

1. Même si le fait d’être véhiculé vous permet d’envisager d’embarquer pas mal de matériel, voyagez léger.

2. Prévoyez deux appareils en cas de casse ou de vol.

3. Éditez vos photos au fil du voyage. Une première retouche pour publier sur la toile et trouver la tonalité de vos images tant que vous êtes sur place.

4. Triez et supprimez au fil du voyage. Revenir avec 200 000 photos, c’est la certitude de les laisser trainer toute la vie au fond d’un disque dur.

Pour 10 mois de voyage, je suis revenu avec 5000 photos, avec un premier tri de 800 photos et un tri final de 200 photographies.

5. Shootez bien, shootez rien ! (enfin pas trop). Prenez votre temps, profitez de votre road trip.

Ne voyagez pas pour photographier mais l’inverse.
Racontez une histoire ; mettez vous en tête de faire partager à ceux qui n’ont pas la chance de voyager votre aventure.

6. N’oubliez pas les photos souvenir. A force de viser la carte postale et de penser expositions ou bouquins on oublie un peu de faire des photos souvenir pour soi. N’oubliez pas les selfies.

7. Sauvegardez en ligne. L’avantage de faire le tri est de ne pas avoir une quantité monstrueuse à stocker. Vous pouvez alors utiliser des espaces de stockage en ligne pour protéger votre précieuses images.

Nous avons utilisé Dropbox pour le stockage en ligne. Et comme je n’avais pas envie de payer 100 $ pour 100 Go de stockage, j’ai utilisé un compte gratuit que mon père vidait régulièrement.

8. Si vous le pouvez, prévoyez un polaroid. Un bon moyen d’offrir des photos en voyages.

 

joselito avec un nikon D2X réalise des photographies lors d'un road trip en espagne en 2007

Partagez vos photographies de road trip au retour

Plusieurs options s’offrent à vous au retour.

La méthode bourrin : Vous balancez vos 15 000 photos, sans tri, sans retouche sur un compte en ligne comme flikr.

Vous réalisez un bon gros diaporama et vous assommez vos amis et votre famille avec une présentation qui dure 10 heures.

Sinon, vous faites un tri sévère et présentez vos images en ligne sur votre blog (nos photographies en road trip) ou un site dédié (genre 500 px).

Vous proposez un diaporama qui ne demande pas plus d’une heure de présentation.

Vous éditez un bouquin que vous pouvez faire tourner lors des réunion de famille en utilisant un service en ligne comme Blurb.

Une fois que vous avez bien montré vos images un peu partout et à vos proches, vous pouvez envisager d’exposer dans un lieu sympa près de chez vous (un restaurant, un bar, une librairie). Un bon moyen de vous faire connaitre au niveau local.

Je vous laisse en compagnie du premier portfolio sur l’argentine que vous trouverez dans la section photographie sur ce blog.

N’hésitez pas à nous faire profiter de vos bons conseils de voyageurs photographes.

 

Mojo

A propos de 

Morgane et Joselito Tirados ont voyagé durant une année en Amérique du sud à la rencontre de ceux qui font ce pays. Ce fût l'occasion pour eux d'envisager une installation sur place (certainement au Chili) et de développer un business autour de la cosmétique et des produits de bien être pour elle et proposer ces compétences en matière de stratégie d'entreprise pour lui.

    Find more about me on:
  • facebook
  • googleplus
  • linkedin
  • twitter